Il y a trois ans, j’ai acheté le Nikon Z6 II pour succéder au Nikon D750 dont je ne pensais que du bien. C’était mon premier hybride (autre que la série des Fuji X100). Aujourd’hui, après une utilisation prolongée, et à l’aube de la sortie du Z6 III je revisite cet appareil pour partager mon expérience mise à jour.

Disclaimer : Il me semble opportun de mentionner quelques détails sur mon utilisation. Je suis photographe professionnel, je vends des tirages, j’écris des livres, je réalise des reportages événementiels, de mariages, j’écris quelques articles dans la presse spécialisée. Je pense être exigeant envers mon appareil photo qui est mon outil de travail. Mais le point le plus important est : je pense connaître mes besoins. Je pense que je n’ai pas vraiment besoin d’un « flagship » comme le Nikon Z9 ou le Z8 (ou ceux des autres grandes marques), qui sont les appareils les plus performants. Même si j’ai les moyens de les acquérir, je pense que ce sont des outils très spécialisés. Ils sont très utiles si l’on est photographe de sport ou photographe animalier à plein temps. Pour ma part, j’aime les appareils à encombrement réduit (tout est relatif), mais qui m’offre les performances d’un capteur plein format. (Toutes les photos illustrant l’article ont été réalisées avec le Z6II)

Points Positifs

Les points forts du Z6II, soulignés lors de mon premier test, demeurent d’actualité. L’ergonomie, avec sa poignée confortable, la qualité d’image, et les 24Mpx suffisants pour une variété d’usages photographiques restent impressionnants.

La légèreté du boîtier sans concéder à l’ergonomie générale me plaît. Ainsi, lorsque je dois réaliser des séances de prise de vue de longue durée, j’ajoute une « cage » qui me permet de le prendre encore mieux en main. J’ai aussi un demi-étui qui lui donne plus de style et permet d’améliorer aussi l’ergonomie.

Une caractéristique particulièrement appréciable est le bracketing de mise au point automatique, essentiel pour le focus stacking, une technique avancée qui continue de séduire. Je vous avais d’ailleurs proposé un tutoriel pour réaliser ce genre de prise de vue.

Autofocus : Un bilan mitigé

Spoiler alert, effectivement, j’aurais souhaité que l’autofocus soit plus performant. Surtout, je pensais que Nikon allait fournir quelques mises à jour du firmware pour l’améliorer. Certains appareils comme le Z9 en sont déjà à la version 3 tandis que le Z6 II en reste toujours à la version 1.

Certes, d’une manière générale, il est moins performant que la concurrence, mais cela reste très correct. En condition normale, il est très fiable et réactif. No problem.

Il montre ses limites dans les situations de faible luminosité. Sur ce point, je trouve que, si on excepte la reconnaissance des scènes, c’est un recul par rapport aux reflex qui voyaient littéralement dans le noir. Pour les scènes d’action très rapide, vous arriverez certainement à avoir quelques images de nettes, mais pas toutes. Cet aspect, bien que suffisant pour des usages comme le reportage où la rapidité n’est pas cruciale, pourrait être amélioré.

Comparaison et Performance en Sensibilité/Dynamique

Par rapport aux modèles plus récents comme le Nikon ZF ou le Z8, d’après ce que j’ai vu, le Z6 II tient toujours la route en termes de sensibilité et de dynamique. D’ailleurs, j’ai l’impression que sur ce point, il y a un cap technologique difficile à franchir. Dans les années 2010, les améliorations sur ces points étaient spectaculaires. Aujourd’hui, entre les générations, on retrouve à peu près les mêmes performances. Cela prouve que les innovations apportées avec le Z6II restent compétitives, même face aux avancées technologiques récentes.

Le Z6 III ?

À l’approche du lancement du Z6 III, l’anticipation est grande pour des améliorations significatives, notamment en ce qui concerne l’autofocus. L’espoir est que Nikon saura non seulement redresser ce point, mais également introduire de nouvelles fonctionnalités.

J’attends, sa sortie avec impatience. À ce moment-là, je trancherai entre le Zf et le Z6III.

Wait and see 🙂

Le Z6II, toujours un choix judicieux


Le Nikon Z6 II continue de se distinguer comme un appareil idéal pour ceux dont la photographie d’action n’est pas la priorité. Pour le reportage et d’autres formes de photographie (macro, paysage, street photo portrait…), il offre satisfaction et performance. Avec l’arrivée imminente du Z6 III, l’évolution promet d’être encore plus intéressante pour les aficionados de Nikon. Si votre budget est un peu serré et que vous ne pouvez pas vous offrir le Zf ou le Z6 III, le Z6 II va voir son prix baissé en occasion. Il y aura de bonnes affaires à conclure.

2 commentaires

  1. Et le Zf, tu en penses quoi ?
    Je pense l’acquérir pour remplacer un Z7. Pour photo paysage, macro, nature…
    Ou comme tu wait and see Z6iii!

    1. Author

      Salut,
      J’en pense que c’est un superbe boîtier.
      Il y a deux choses qui me gênent : l’ergonomie, car d’après ce que j’ai pu lire le manque de poignée se fait sentir lorsqu’on monte des optiques imposantes.
      C’est un vrai problème pour les prises de vue longues.
      On peut y ajouter un grip, mais d’après ce que j’ai lu, cela ne résout pas complètement le problème.
      De plus, le switch vers le mode iso-auto est compliqué : il faut aller dans les menus et il manque un ou deux boutons à fonction paramétrable.
      Nikon devrait m’en prêter un prochainement, j’ai hâte de voir ce qu’il en est.
      Je pense quand même que le Z6III sera la solution à ces problèmes. Par contre il sera p-ê un peu moins « charmant » 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *