Le contexte

Se lever très tôt est le bon moyen de trouver des lumières intéressantes, car l’atmosphère a presque toujours quelque chose de magique à ce moment de la journée. Pour cette image, je me suis rendu dans une forêt dans un secteur assez vallonné afin d’observer la lumière rasante de l’aurore.

L’intention créative

Mon but, au moment de la prise de vue, était d’avoir pour sujet la lumière elle-même au lever du soleil. Pour réaliser cela, le meilleur moyen que j’ai trouvé a été de lui faire face. Si j’avais réalisé le même cadrage quelques heures plus tard, en pleine journée, le cliché aurait certainement fourmillé de détails. On aurait pu distinguer les arbres de la forêt, leurs couleurs ainsi que toutes leurs ramures et leurs feuilles. En photographiant à contrejour à ce moment de la journée, cela m’a permis de simplifier considérablement la composition. La structure de l’image n’est définie que par quelques traits matérialisés par les lignes de crête des arbres ainsi que les rayons de lumières obliques qui percent les branchages.

Le matériel

Exif : Nikon D800 – Nikkor AF-S 300mm f/4 D IF ED – 1/60s – f/8 – 100 Iso

Utiliser un téléobjectif a été un facteur important pour la réussite de l’image. Je n’aurais pas pu obtenir ce type d’effet avec un objectif grand-angle. En raison d’une intensité lumineuse assez faible, j’ai préféré utiliser un trépied. En effet, à main levée, il n’est pas aisé, avec une vitesse d’obturation de 1/60s, d’être assez stable pour éviter les flous de bougé.

Conseil

Pour générer un contre-jour, il faut que la lumière vienne de l’arrière-plan. Si vous souhaitez que l’effet soit très prononcé, vous pouvez intégrer la source de lumière elle-même dans le cadre. Néanmoins, cela produit des images pour lesquelles le contraste est très prononcé avec des blancs très (trop) présents. Le procédé pour obtenir un contre-jour plus doux consiste à se décaler par rapport au soleil. Une mise en garde est nécessaire concernant cette méthode, car selon l’angle que vous allez adopter, de la lumière peut se refléter à l’intérieur de votre objectif. Cela crée un voile sur l’image et parfois des halos lumineux. On appelle cela un flare. Certains (comme moi) recherchent occasionnellement ce genre d’effet, mais la plupart du temps, il est préférable de tenter de l’éviter.

L’œil plus performant que l’appareil

Nos yeux sont beaucoup plus performants que les capteurs de nos appareils photo. Même avec une source de lumière en face de nous, ils nous permettent de voir les choses avec beaucoup plus de nuances et ont la capacité de « déboucher les ombres » naturellement. Pour vous en convaincre, il vous suffira de prendre quelques clichés dans ces conditions et de comparer le résultat avec ce que vous voyez réellement. L’utilisation d’un logiciel spécialisé (Photoshop, Lightroom, Capture One, Rawtherapee…etc.) sera requis si vous souhaitez récupérer un peu de détail dans les ombres. Une dernière mise en garde concernant cet exercice : faites attention à ne jamais regarder directement le soleil sans protection. Il m’arrive régulièrement de garder mes lunettes de soleil lorsque j’ajuste le cadrage d’un contrejour très prononcé.

Vous aimez ? Partagez !

2 commentaires

  1. Bonjour Denis
    Vous lire c’ est toujours un moment très agréable, car vos explications sont claires et précises et elles donnent l’envie d’aller plus loin dans divers sujets photographiques. Merci de bien vouloir faire notre joie encore longtemps dans ces divers tutoriels.
    G . F

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *