Récemment, je me suis posé la question de savoir quel est l’objectif que j’utilise le plus. Logiquement, on pourrait penser que l’optique la plus utilisée est la meilleure, celle qui donne les meilleurs résultats…? Nous allons voir que la réponse n’est pas si évidente.

Toutes les photos de l’article ont été réalisées avec l’Objectif en question

Tout le monde ne possède pas un boîtier à objectif interchangeable. Je suis le premier a dire que ce n’est pas la condition sine qua non pour s’amuser et produire des images de qualité : smartphone, compact, compact expert, bridge et consort feront très bien l’affaire. Dans un post récent, je rappelais d’ailleurs la place toute relative que nous devons accorder au matériel en photographie.

Néanmoins, je me suis récemment posé la question de savoir quel objectif j’utilise le plus. Je trouve cela intéressant, car ce type d’information traduit un peu notre profil de photographe.

Pour les adeptes de Lightroom il existe un moyen simple de connaître la fréquence à laquelle vous utilisez votre matériel (boîtiers, optique). Il suffit d’aller dans l’onglet Bibliothèque et d’afficher le mode grille. Ensuite, en haut de la grille, vous trouverez plusieurs options de filtre de bibliothèque, sélectionnez « métadonnées ». Vous verrez ainsi apparaître tous les appareils que vous avez utilisés et toutes les optiques. Vous pouvez aussi discriminer l’affichage par années. Je ne doute pas que d’autres logiciels peuvent permettre cela (les viewers ou les autres dérawtiseurs comme Capture one, raw therapee, dxo optics…etc).

Je m’étais servi de cette option de nombreuses fois, mais je n’avais jamais eu la curiosité de le faire pour l’ensemble de mon catalogue. J’ai été plutôt surpris de voir que l’objectif que j’ai le plus utilisé est aussi celui qui m’a coûté le moins cher 😮 😮 😮 .

C’est le Nikon 50 1.8g.

Pour ceux qui ne connaîtraient pas l’engin, c’est l’entrée de gamme en plein format chez Nikon et il existe un équivalent pour à peu près tous les systèmes. Celui de Nikon coûte environ 250euros, chez Canon il est au prix hallucinant de 100euros environ, chez Sony on le trouve autour de 200euros…etc. Pour les profanes, ceux qui ne sont pas photographes, cela peut quand même sembler cher (et c’est vrai que c’est une somme importante), mais pour ceux qui savent, c’est vraiment le minimum pour une optique de qualité.

Sur les bords du Mékong

Le 50 1.8g est vraiment un bon objectif (je pense, je suppose, que pour les autres marques, il en va de même). Son ouverture de f/1,8 est déjà intéressante, et le piqué est plutôt honorable…au centre de l’image. Les choses s’améliorent sur les bords si on ferme de diaphragme à f/2,5 et on obtient le maximum qu’il puisse fourni autour de f/5,6 (comme 99 % des optiques 🙂 ).

La focale de 50mm correspond bien à ma photographie et je la trouve très polyvalente. On peut faire du portrait, de la photo de rue ou du paysage sans pour autant se sentir trop limité.

En milieu urbain

Pourtant je dispose d’un bon nombre d’objectifs dont le prix de la plupart oscille entre 1000 et 2000 euros. J’ai des zooms allant de 15mm à 200mm et des optiques fixes allant de 28 à 300mm.

J’ai notamment un objectif qui entre directement en concurrence avec le 50 1,8g : Le sigma 50 1,4 Art. Et entre les deux, autant vous dire qu’il n’y a pas photo 🙂 😉 Le Sigma enterre le Nikon à toutes les ouvertures. À f/1,4 il est aussi performant que le Nikon à f/2,8.

Alors quelle pourrait être la raison pour laquelle j’utilise le plus souvent le Nikon 1,8g ???

Les plus perspicaces l’auront deviné : le poids. C’est en effet le plus léger des cailloux que je possède (et de loin). Il pèse un peu plus de 180gr. Couplé à un boîtier plein format, qui est loin d’être un poids plume, cela le rend très agréable à utiliser. Du coup c’est celui que j’emporte le plus facilement au quotidien. Il est toujours dans mon sac, mais c’est aussi celui qui est toujours avec moi en week end, lors d’une réunion familiale ou même lorsque je vais faire quelques courses… Plus important encore, c’est le premier auquel je pense lorsque je pars en voyage. Dans ces conditions, on ne peut pas toujours se permettre de trimbaler tout son matériel pendant des heures en plus de ses bagages.

Associé à un boîtier plein format , le tout est « très » compact
Entre le sigma 50 1,4 art et le nikon 1,8g il y a une différence de poids !!! (plus de 800gr contre 180gr)

Je l’utilise aussi régulièrement dans le cadre de mes reportages professionnels, même si j’ai plutôt tendance à opter pour des zooms en raison de leur polyvalence et de leur réactivité ou des optiques dont les performances sont superlatives comme le sigma 50 art.

Les « chapulines » sont des petites sauterelles consommées en apéritif dans certaines régions du Mexique…un délice
La sécurité routière avant tout
Paysage minimaliste au 50mm

Mais est-ce bien raisonnable de se dire qu’un objectif est meilleur qu’un autre ?

Après tout, ce sont des outils spécialisés et adaptés à chaque situation. Lorsqu’on fait de la photo d’architecture, on opte pour un grand angle ; de l’animalier, un téléobjectif ; du portrait, un 85mm à grande ouverture…etc.

Le plaisir d’utilisation rentre forcément en compte dans notre pratique. Et c’est ce que m’a confirmé ce petit test :

Je suis un photographe qui privilégie le bonheur de faire des photos à la qualité d’image absolue.

Je pense savoir faire la part des choses et utiliser les outils adaptés à chaque situation. J’en reparlerai probablement dans un prochain post : la netteté et le piqué sont largement surévalués. La qualité d’image doit rester une notion plus artistique que technique. En d’autres termes, la photo la plus nette n’est pas forcément la plus réussie.

C’est d’ailleurs pour cette raison que les boîtiers compacts des firmes comme Fujifilm ou Olympus ont autant de succès. Ils ne sont peut-être pas les plus performants, mais ils jouent sur d’autres tableaux : la transportabilité associée à la joie d’utiliser un appareil à l’ergonomie ludique. J’en avais d’ailleurs parlé dans un post sur mon expérience avec le fuji x100f

Le 50mm convient parfaitement à la pratique du portrait
Le fait d’utiliser une optique légère permet d’avoir toujours un appareil photo sur soi et de saisir la moindre occasion d’alimenter une recherche artistique personnelle.

Alors à la question : notre optique la plus utilisée est-elle la meilleure ? Comme bien souvent en photographie, la réponse n’est pas nette (contrairement à la plupart de nos images 😉 😛 ), car si vous m’aviez demandé quel est mon meilleur objectif, je n’aurais pas forcément pensé à celui-ci.

Pourtant, en y réfléchissant un peu, il représente le compromis parfait entre la longueur focale, le poids, la souplesse d’utilisation et les résultats obtenus. Le meilleur objectif est sans conteste celui avec lequel nous avons le plus envie de faire des photos. Et… je le rappelle, plus nous faisons des photos, plus nous sommes susceptibles de produire de belles images.

Et vous, quel est l’objectif que vous utilisez le plus ?

Vous aimez ? Partagez !

6 commentaires

  1. Bonjour Denis,

    Je partage ton analyse. Une optique 50mm devrait être plus fréquemment recommandée pour nous inviter à bouger davantage et par conséquent chercher le meilleur angle. Bien que je possède aussi cette optique, je lui préfère la 1.4G qui a le mérite d’être tropicalisée. Par contre, il faut accepter avec cette dernière d’avoir un AF moins réactif. Mais bon, on ne peut pas tout avoir. Pour les détenteurs d’un nouveau boitier Z6/Z7, leur 50mm 1.8 S est une merveille!

    1. Author

      Salut, effectivement la focale de 50mm est top pour apprendre…et même après 🙂
      Le 50mm 1.8g n’est pas entièrement tropicalisé mais il a un joint d’étanchéité (je l’ai déjà utilisé sous une pluie battante). Le sigma n’a rien de tout ça, mais je n’ai jamais eu de problème de ce côté. Par contre je ne l’emmènerai pas sous les tropiques.
      Oui le 50 1.8 S semble excellent, mais à ce prix, on en veut pour son argent 🙂 🙂 🙂

  2. Bonjour Denis,

    J’utilisais autrefois un gros Canon Mark III, dont tous les objectifs, sauf le 50 mm, étaient lourds. À l’époque, comme je privilégiais la macrophotographie, je transportais le boîtier, l’objectif macro et un trépied pouvant soutenir tout ce poids. Il y a deux ans, j’ai tout troqué contre un système plus léger. Depuis, j’utilise le Fujifilm X-T2 et l’objectif 18-55 que je trouve assez polyvalent. Je peux faire des gros plans, sans qu’il s’agisse de macrophotographie proprement dite. Mais, comme tu le dis si bien, Denis, c’est le boîtier et l’objectif les plus faciles à transporter qui nous encourageront le plus à prendre des photos. J’ai apprivoisé mon système Fujifilm et finalement j’en suis tombée amoureuse. 🙂

    1. Author

      Oui, fujifilm m’avait envoyé le x-t2 pour le tester et je l’ai troué vraiment excellent. Le 18-55mm est bien aussi, mais j’avais préféré l’expérience avec un 35mm par exemple. Par contre, pour la photo rapprochée, c’est pas l’idéal. Ils ont un 60mm f/2.4 qui semble intéressant 🙂 😉

  3. Bonjour, j’utilise fréquemment un zoom grand angle ( le 10 x 20 de chez Sigma). Mais selon les thèmes que j’aborde, je prévois l’optique nécessaire. Avec des zooms du grand angle jusqu’au 300mm, le boitier + la poignée d’alimentation et un zoom le poids est là et l’ensemble ne passe pas inaperçu.

    1. Author

      Salut JC.
      Parfois on aime bien ne pas être encombré, tandis que dans certaines situation c’est moins grave. Avoir une optique « passe-partout » qui correspond bien à notre photographie est un plus indéniable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *