Il y a quelque temps, je vous parlais de la future mort des reflex annoncée par… un peu tout le monde à vrai dire. 

N’ayant jamais utilisé intensément les hybrides (le seul appareil en ma possession qui s’en est rapproché le plus a été le Fuji X100f), je ne pouvais que préjuger des qualités et des défauts de ces bestioles. 

Récemment, Nikon a eu la gentillesse de me prêter le Nikon Z6II que j’ai pu utiliser durant 6 semaines environ. J’ai eu donc tout le loisir d’en voir les qualités et les défauts. J’ai été surpris de constater que ces derniers (qualité et défauts) n’étaient pas toujours ceux que j’avais envisagés. 

Pour accompagner le Z6II j’ai pu utiliser le Nikkor 24-70 f/4 s et le Nikkor 50mm f/1.8 s. De plus, j’avais à disposition une bague ftz me permettant d’utiliser tous mes objectifs à monture F.  

Nikon Z6II 24-70f/4s à 24mm 1/250s F/8 50ISO

Je tiens à préciser que je ne suis pas sponsorisé par Nikon (mais je suis ouvert à toute proposition). Je paie mon matériel très cher. Je garde donc mon indépendance, et ma liberté de pensée (comme Florent Pagny).  

Plutôt que de détailler les caractéristiques  de l’appareil, je vais donc me concentrer sur le ressenti que j’en ai eu par rapport au Nikon d750 qui a été mon appareil préféré ces six dernières années. Les deux boîtiers ont de nombreux points communs, avec notamment la même résolution (24Mpx environ).  

Voici donc les différences que j’avais pointées entre les deux systèmes. Pour chaque point, je vais mettre à jour mon avis à l’aune de mon expérience : 

  • La visée directe (reflex) permet d’avoir un rapport plus organique avec ce qu’on photographie. Je reste d’accord avec moi-même sur ce point, je préfère la visée reflex, c’est plus confortable. 
Z6II Nikkor 24-70 f/2.8g à 70mm 1/80s f/11 2500 ISO
  • Le système reflex est beaucoup moins gourmand en énergie ce qui permet d’avoir une durée de vie de batterie 3 à 4 fois plus élevée (c’est un très gros avantage en situation de reportage notamment). Il est vrai que la batterie d’un reflex reste plus avantageuse, mais la batterie du Z6II (en-el15c) n’a pas du tout à rougir. Je pense qu’elle tourne autour de 1200 clichés en une charge (sans faire de vidéo). C’est très correct. Du coup, deux batteries devraient suffire pour un reportage de mariage. C’est une surprise pour moi, car je m’attendais à ce que ce soit un gros point faible de l’hybride. 
  • La robustesse des appareils me semble bien plus aboutie sur les reflex, mais c’est peut-être subjectif. Mouais. Je pense qu’entre un D750 et un Z6II, c’est assez équivalent (en tout cas c’est ce que Nikon clame). 
J’ai pu tester la tropicalisation du Z6II…aucun problème
  • En basse lumière l’autofocus d’un reflex est bien plus efficace qu’avec un hybride. Je n’ai pas vraiment pu trancher sur ce point. Disons que les autofocus réagissent assez différemment. Sur mes quelques tests, j’ai constaté effectivement que le D750 arrivait à acquérir plus facilement la mise au point dans le noir presque complet. Néanmoins, dans des situations intermédiaires, le Z6II me semble un peu plus rapide. Et SURTOUT, il est beaucoup plus précis. Plus besoin d’ajuster l’af de mes optiques.
  • Les reflex existent depuis longtemps, et lorsqu’on a choisi une marque, il suffit de changer uniquement de boîtier pas d’objectif. Le passage à l’hybride implique de changer tout le système (boîtier + objectif). Des adaptateurs existent, mais les performances et l’ergonomie ne sont pas au rendez-vous. La bague FTZ, fonctionne très bien. Il me semble que cela n’affecte pas l’af pour la plupart des optiques sauf pour mon sigma 150mm macro. Pour lequel l’af a du mal à courte distance. C’est dommage, mais le problème est minime, car dans cette discipline, je réalise la mise au point manuellement dans 90% des cas. L’ergonomie, est bien meilleure avec les optiques à monture Z, c’est une certitude, néanmoins j’ai pris beaucoup de plaisir à utiliser mes “vieux” objectifs avec le Z6II.
  • Le fait qu’il n’accueille pas un pentaprisme le rend plus compact. Pour les capteurs full frame, cette compacité est toute relative, mais elle existe. Effectivement cette compacité est relative, car en réalité le Z6II couplé à la bague FTZ fait exactement le même poids que le D750 nu. De plus, plus compact ne veut pas dire plus pratique. Couplé à des optiques imposantes, cela devient plutôt un désavantage. 
Le Z6II est légèrement plus compact que de D750 et un peu plus léger. Cette différence de poids n’existe plus lorsqu’on ajoute une bague FTZ
  • L’analyse de l’image en direct permet de visualiser exactement ce que sera le résultat final de l’image. Ceci est un vrai avantage et permet de rectifier l’exposition et/ou la balance des blancs avant que la photo soit prise. C’est l’un des avantages les plus importants pour moi. Les puristes diront qu’il n’est pas nécessaire d’avoir un aperçu direct de l’image, qu’avec l’expérience on sait exactement ce qu’on fait, on arrive à anticiper. C’est vrai, ce n’est pas nécessaire, mais c’est quand même un énorme confort, surtout lorsqu’on veut compenser l’exposition afin d’obtenir des ambiances intéressantes.  
  • Le bruit du déclencheur est bien moindre sur un hybride par rapport à un reflex pour lequel on entend le clic-clac du miroir qui se lève et descend. C’est vrai. Ce n’est pas un critère essentiel pour moi, mais c’est un plus. Il est possible de déclencher de manière totalement silencieuse. Sinon le bruit du déclencheur mécanique est discret et très agréable. 
  • L’autofocus n’est pas forcément plus rapide, mais il couvre pratiquement toute l’image alors que sur un reflex la mise au point se concentre au centre de l’image. De plus, cette technologie implique que l’appareil peut reconnaître les visages, et faire la mise au point en conséquence automatiquement sur les yeux ou sur un endroit prédéfini. C’est l’un des points cruciaux. Si vous souhaitez en savoir plus sur la mise au point je vous invite à vous procurer “le monde de la photo” de décembre- janvier dans lequel j’ai rédigé un dossier sur le sujet. Mes tests comparatifs me permettent de dire que l’af est plus rapide sur le D750. Est-ce que la différence est énorme? non. Pour la photo d’action cela pourrait être péjoratif cependant. Mes tests on été réalisés en comparant la rapidité d’af avec un objectif à monture F. Je n’ai pas testé toute les optique Z du coup je ne peux pas en dire plus. En réalité les af sont bien différents. La reconnaissance du visage et des yeux est une vraie révolution en portrait. Nous n’avons plus qu’à nous concentrer sur la composition et c’est un vrai confort. Pour le suivi des mouvements (mode 3d), c’est moins bon qu’un reflex, surtout si le sujet fait des mouvements rapides. Dans les autres cas, cela fonctionne plutôt pas mal et surtout sur l’ensemble du cadre (sur les reflex plein format, les collimateurs sont situés uniquement au centre sauf pour quelques APS-C comme le D500) et ça c’est très très bien.  De plus, le focus peaking est très intéressant (les points nets sont signalés sur l’image par l’intermédiaire de petits points colorés), surtout en macro.
Z6II 24-70 f/4s à 62mm 1/250s f/4 3600ISO
Z6II sigma 50 art, 1/1000s f/1.4 3200 ISO
L’autofocus permet aussi de détecter automatiquement les yeux des animaux.
  • Les hybrides sont généralement bien plus performants en vidéo grâce notamment à la reconnaissance des visages, mais là on ne parle plus de photo. C’est une réalité, en vidéo aucune comparaison possible. Je suis photographe, cette fonction est intéressante, mais pas discriminante pour moi.

La qualité d’image. 

J’ai positionné le z6 et d750 sur trépied et j’ai cadré de manière exactement identique. L’optique utilisée est le Nikon 24-70 2.8g pour les deux boîtiers à 50mm f/8. Voici la vue de comparaison (magnifique image n’est-ce pas?)

J’ai ensuite fait varié uniquement la sensibilité iso (la vitesse d’obturation s’est ajustée automatiquement pour chaque cliché). Afin de comparer les vues, j’ai sélectionné uniquement une zone centrale afin que le bruit de luminance soit bien visible (le bruit de chrominance est automatiquement corrigé, je ne vois donc pas d’intérêt de le laisser).

D750 1600 ISO
Z6II 1600 ISO

À 1600ISO les deux boîtiers sont très bons. On note cependant quelques différences. La balance des blancs (réglée sur automatique pour les deux boîtiers) est plus chaude sur le d750. Le contraste est déjà meilleur sur le Z6II. Il y a un peu plus de grain sur le d750… mais c’est très léger.

D750 3200 ISO
Z6II 3200 ISO

À 3200 ISO on constate la même chose qu’à 1600ISO. Le Z6II est légèrement meilleur.

d750 6400 ISO
Z6II 6400 ISO

À 6400 ISO, la différence devient plus évidente. J’attire votre attention sur les noirs qui sont bien conservés sur le Z6II, les couleurs sont moins délavées, le piqué de l’image est mieux conservé.

D750 12800 ISO
Z6II 12800 ISO

C’est à 12800ISO que la différence se creuse considérablement. Pour le d750, cette sensibilité était la limite de l’acceptable pour moi, mais lorsque je devais développer le fichier, les possibilités étaient quand même très réduites (dans ces cas-là, en passant le cliché en noir blanc ça passe mieux). Ici, les couleurs du Z6II ne sont pas délavées, la netteté est au rendez-vous. Il y a un peu plus de grain que le d750 à 6400ISO, mais pour tout le reste je trouve que le Z6II est analogue à 12800ISO que le d750 à 6400ISO.

d750 25600 ISO
Z6II 25600 ISO

La différence continue à 25600ISO.

D750 51200 ISO
z6II 52100 ISO

Je suis étonné de constater qu’à 51200ISO, la conservation des contrastes et des couleurs soit presque acceptable (on est d’accord c’est vraiment pas terrible) sur le Z6II (le d750 est totalement en dehors du coup). Je pense aussi que le bruit de luminance est de plus en plus esthétique, rappelant dans une certaine mesure les grain de l’argentique.

Dans l’ensemble, comparé au D750, on peut dire que la différence ne saute pas aux yeux en dessous de 3200ISO. Les couleurs Nikon si appréciables sont au rendez-vous. La qualité est vraiment superlative à tous les sens du terme. Dans les bas iso, j’ai constaté une légère amélioration de la dynamique (anecdotique). Le contraste en revanche, me semble amélioré d’une manière générale. C’est au-delà de 6400 iso que le Z6II se démarque vraiment du d750. J’ai été étonné de la qualité (toute relative quand même) des images, même à 20000iso voire à 40000iso. Donc, contrairement aux autres générations, il n’y a pas de révolution concernant la sensibilité. Tout est un peu amélioré. Si vous pensez upgrader pour obtenir une meilleur qualité d’image, je vous suggère de le faire seulement si vous avez l’habitude des hautes sensibilité (spectacle, astrophoto…).

Z6II sigma 150mm f/4.5 1/160s 1100 ISO

En résumé, j’ai beaucoup apprécié le Z6II. J’ai été surpris par ce test. Je pensais apprécier la compacité de l’appareil alors qu’il n’y a presque aucune différence comparé au D750. Je pensais être déçu par l’autonomie, mais non c’est plus que correct (en usage photo à 100%). Je pensais que la visée à l’écran ne me servirait pas vraiment alors que 30% à 40% de mes clichés ont été fait par ce biais. Je pensais que la visée directe me manquerait, mais je peux m’en passer.

Les seuls points négatifs sont  l’af qui pourrait être meilleur dans certaines situations (mais je suis certain que les MAJ firmware vont l’améliorer) ainsi que l’ergonomie lorsqu’on l’utilise avec des optiques à monture F (c’est bien, mais ça pourrait être mieux). À ce titre, je pense que l’ajout d’un grip ou d’une petite poignée en métal améliorera énormément la prise en main (je mesure 1.89m, j’ai de grandes paluches). En bonus j’ai beaucoup apprécié la possibilité de réaliser du focus stacking automatiquement (pour la macro ou les packshots), c’est vraiment top. La fonction timelapse qui produit automatiquement un fichier vidéo est également intéressante. En revanche, j’aurais apprécié pouvoir faire des poses longues au-delà de 30s comme c’est le cas sur le D780 (900s) 

Z6II nikkor 24-70 2.8g à 24mm 25s f/10 50 ISO

Pour conclure, je dirai que le reflex est loin d’avoir dit son dernier mot. La principale raison est que les utilisateurs ne sont pas tous prêts à réaliser la transition (et c’est très bien). Néanmoins, il est indéniable que les technologies que proposent les nouveaux hybrides (chez Canon et Sony les fonctions de l’autofocus sont encore plus performantes) sont des outils très intéressants.

Z6II sigma 150mm 1/160s f/3.2 800 ISO

Si vous souhaitez vous faire plaisir et me soutenir en achetant un magnifique tirage c’est par là :

Vous aimez ? Partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *