Si vous suivez un peu mon travail en photographie rapprochée, vous savez peut-être que le type d’image que j’affectionne n’est pas du tout naturaliste.

Pour ceux qui ne seraient pas familiers avec ce terme, être NATURALISTE signifie que lorsqu’on photographie une espèce animale ou une essence végétale, la préoccupation principale est de reconnaître clairement le sujet. Ainsi, plus il y a de détails, plus l’image est réussie. En filiation avec la démarche scientifique une photo dite naturaliste a pour objectif de montrer une espèce dans le but de l’étudier ou à des fins didactiques.

Lorsque j’ai commencé à m’intéresser à la photographie rapprochée, j’avais clairement l’envie d’obtenir des images très détaillées. J’étais donc directement influencé par cette approche scientifique.

Je vous présente une araignée commune en France : la thomise hirsute (Heriaeus hirtus). Ce cliché n’est pas particulièrement créatif, en revanche on distingue bien l’anatomie de l’animal caractéristique de l’approche naturaliste
En voici un autre exemple avec une thomise chargée (Tomisus onustus) ayant capturée une abeille pour son dîner

Très rapidement, je me suis documenté le plus possible sur les sujets que je traitais. À ce moment, il s’agissait à 90 % d’insectes et d’araignées, mais aussi des lézards, batraciens et quelques serpents. Puis, progressivement, je me suis plus intéressé au monde végétal.

Une photo naturaliste peut aussi être belle (oui oui c’est possible) ici, il s’agit d’une diane (Polyxena xynthia)

C’est dans un second temps que mes images sont naturellement devenues plus créatives, certaines d’entre elles étant parfois proches de l’abstraction. Cependant, bien que j’ai mis de côté mes préoccupations naturalistes, j’ai toujours autant d’intérêt (voire plus) pour ce que je photographie. Je suis toujours en quête d’informations.

Je me suis donc dit qu’il serait intéressant de vous faire profiter de mon expérience en la matière. Acquérir des connaissances concernant ce que l’on photographie a de nombreux intérêts. En premier lieu, il s’agit de savoir où en quand trouver une espèce animale ou une essence végétale. Certains insectes (les papillons, mais pas seulement) ne peuvent en effet être observés que pendant quelques semaines de l’année. Il en va de même pour les fleurs. On peut aussi argumenter le fait que cette connaissance permettra de mieux photographier les sujets. Pour exemple, chaque espèce d’insecte ou d’araignée a un comportement différent. Je donne beaucoup de clés dans mon livre « les secrets de la macro créative » afin de pouvoir photographier plus facilement chaque famille d’arthropode ainsi que les fleurs et bien d’autres sujets 😉 . Néanmoins, je vous encourage à aller plus loin dans votre démarche.

Pour faire une analogie un peu simpliste, c’est un peu comme lorsqu’on réalise le portrait de quelqu’un. Si c’est un parfait inconnu pour nous, les photographies produites seront certainement totalement différentes de celles pour lesquelles le sujet serait votre meilleur ami ou quelqu’un de votre famille.

Pour cette image, la volonté n’est clairement pas de montrer la fleur dans ses moindres détails. Il s’agit de créer une atmosphère, de susciter une émotion. Crocus printanier (Crocus vernus)

La prochaine fois que vous rentrerez chez vous la carte mémoire pleine de clichés, essayez donc d’identifier formellement les sujets que vous avez photographié. Attention, ceci est plus délicat qu’il n’y paraît. Il existe en effet plusieurs dizaines de milliers d’espèces d’arthropodes et d’essences végétales rien qu’en France. La tâche s’annonce ardue. Cependant après quelques tâtonnements, et avec l’aide de précieux guides, on y arrive bien souvent.

Parfois, l’exercice s’avère trop compliqué. Dans ce cas le plus simple est de demander de l’aide à la communauté de photographe naturaliste qui est très active en France. Pour exemple, sur le site http://www.beneluxnaturephoto.net/ , beaucoup de membres sont assez sympas pour aider lorsque nous avons un doute sur l’identification d’une espèce.

Pour l’identification, on procède généralement selon la technique de l’entonnoir : l’idée est de commencer par les grandes caractéristiques afin de cerner la famille à laquelle appartient l’organisme puis son genre et enfin son espèce. Si la taxinomie (classification du vivant) vous intéresse, je vous suggère la lecture de cet article https://fr.wikipedia.org/wiki/Taxonomie par exemple.

Les arthropodes 

Il y a quelques sites sur la toile qui ont pour ambition de recenser et de proposer des clés de détermination des espèces. Cela faisait longtemps que je n’avais pas fait de recherche spécifique, préférant finalement mes quelques livres. À mon avis le plus complet est https://www.galerie-insecte.org/galerie/ . Cependant, je pense que lorsqu’on débute, ce n’est probablement pas le plus facile d’utilisation. Si vous en connaissez d’autres, n’hésitez pas à partager vos connaissances, je les rajouterai à cet article.

Pour les insectes, la bible des guides nature est :

Insectes de France et d’Europe occidentale de Michael Chinery aux éditions flammarion

Il s’agit d’un guide utilisant les dessins pour les visuels ce qui est toujours à privilégier par rapport aux guides photo pour lesquels les détails des animaux ou des plantes sont moins perceptibles. Celui-ci est très complet et présente environ 2000 espèces.

Si votre passion est plutôt les araignées, je vous conseille Le guide photo des araignées d’Europe de Heiko Bellmann aux éditions Delachaux et Niestlé. Je ne l’ai pas en ma possession, mais on me l’a fortement conseillé.

Des sites internet permettent également de pouvoir retrouver pas mal d’espèces. L’un des plus connus en complément de https://www.galerie-insecte.org/galerie/ est celui-ci https://arachno.piwigo.com/

Cette image traduit très bien le comportement de cette araignée (Lyniphia triangularis) qui attend dans l’ombre qu’une proie se prenne dans sa toile.

Amphibiens et reptiles

Pour les amphibiens et les reptiles, j’utilise le Guide photographique des reptiles et amphibiens d’Europe par Axel Kwet aux éditions Delachaux et Niestlé.

Je le trouve très complet et les photos sont de bonne qualité.

Les plantes et les fleurs

Concernant les plantes et les fleurs ma préférence va vers le guide Plantes et fleurs de France aux éditions Artémis, mais au moment où j’écris ces lignes, j’ai commandé Le guide des plantes par la couleur de Claus et Stéfan Caspari et Thomas Schauer aux éditions Delachaux et Niestlé qui me semble plus complet et plus facile d’utilisation grâce à l’utilisation de dessin plutôt que les photos.

Notons également l’application PlantNet disponible sur Android et Ios qui permet une identification en photographiant la plante avec un smartphone. Pour l’avoir utilisée, les résultats sont bluffants, néanmoins, cela ne remplace pas l’efficacité (et le charme) d’un livre.

Une carline commune (Carlina vulgaris) que l’on appelle également chardon doré

Les autres animaux

Je ne photographie que rarement les oiseaux, mais en la matière je peux conseiller l’excellent Guide Ornitho de Lars Svensson, Killian Mullarney et Dan Zetterström aux éditions Delachaux et Niestlé.

Enfin, bien que les mammifères soient plus aisément identifiables, on peut toujours parfaire son savoir avec Mammifères d’Europe, d’Afrique du Nord et du Moyen Orient aux éditions Delachaux et Niestlé

Des guides existent aussi pour certaines régions de France. J’habite non loin de la mer Méditerranée, et de nombreuses références sont disponibles pour la faunes et la flore de ces régions. Je suis certains qu’il en existe également pour votre secteur géographique.

Ces guides ont l’avantage de réunir les espèces locales emblématiques. Ils sera donc peut être plus facile d’y trouver celles que vous venez de photographier, ou que vous chercher à immortaliser.

Ce guide est une mine d’or. Outre l’identification de certaines espèces, on y retrouve aussi beaucoup d’informations concernant les milieux écologiques.
un caloptéryx au bord d’une rivière (Calopteryx xanthostoma)

Si la photographie rapprochée vous intéresse, je vous conseille également mon livre dans lequel je donne toutes les clés pour se lancer et apprendre à photographier plein de sujets différents. Vous pouvez également visiter ma galerie et acquérir un tirage photo numéroté

Si vous connaissez d’autres sites ou livres que vous avez lu et qui mérite notre intérêt, n’hésitez pas à les partager dans l’espace commentaire afin que tout le monde puisse en profiter. Pour les plus pertinents, je les rajouterai dans l’article. Dites moi également quels sont vos attentes concernant la photographie rapprochée. Y-a-t’il des sujets que vous souhaiteriez que je développe ?

Une mante religieuse (Mantis religiosa)
Vous aimez ? Partagez !

2 commentaires

  1. Bonjour, article intéressant, pendant le confinement, nous devons continuer notre passion, soit en lisant, soit en photographiant chez soi, être créatif, un des secret !!
    Amicalement. J.C.

    1. Author

      Oui JC, la contrainte est parfois salutaire pour la créativité. Notre environnement immédiat fourmille de sujets 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *